Pays Cathare
les reportages de cathares.org ®
n° 8
catharisme
reportages
reportage n° 8
 





David Maso, guide du Pays Cathare
- David Maso -


Les Guides
du Pays Cathare


Guides conférenciers, interprètes, accompagnateurs équestres ou pédestres se sont réunis dans une association qui leur permet de travailler ensemble. Un numéro de téléphone unique et un planning collectif leur permettent de répondre aux différentes demandes selon les compétences demandées et les disponibilités de chacun. Ils sont en mesure de répondre à des demandes très pointues sur le catharisme et la société médiévale, mais aussi à toutes les questions sur la flore, la faune, les arts et traditions populaires... en somme, tout le patrimoine de l'Aude, Pays Cathare.

(extrait du site du Conseil Général de l'Aude)

Liste des Guides
Philippe Contal : Bonjour David. Vous êtes Guide du Pays Cathare depuis une dizaine d'année. Pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

David Maso : Originaire de Perpignan, j'étais passionné depuis l'âge de 15 ans par le catharisme et les grands châteaux qui sont associés à son souvenir. Alors quand j'ai appris que le département de l'Aude avait de grands projets autour du "Pays Cathare", j'ai suivi la vague et suis venu m'installer dans la région. J'avais une formation d'archéologue acquise sur divers chantiers de sauvetage de la ville de Perpignan et des Pyrénées-Orientales ainsi qu'une carte nationale de guide-conférencier. J'ai donc eu la chance de pouvoir travailler sur de nombreux sites. J'ai dirigé par exemple les fouilles du château de Quillan et suis actuellement responsable de celles de l'ancien château vicomtal de Fenouillet (66).

PC : Le faites-vous de manière indépendante ou appartenez-vous à une structure ?

DM : J'ai une entreprise unipersonnelle depuis 1994 qui va bientôt se transformer en S.à R.L..

PC : Qu'est-ce c'est qu'un guide du Pays Cathare ?

DM : Il y a une dizaine d'année, les guides qui accueillaient les visiteurs sur la région ne se connaissaient quasiment pas. Vers 1994/95, le Conseil Général de l'Aude, dans le cadre de la démarche «Pays Cathare», a eu l'excellente initiative de nous proposer une formation de 3 semaines. Une association en est née qui a véritablement permis de créer un réseau professionnel.

PC : Cette association s'agrandit-elle ?

DM : Nous sommes environ 15 guides et nous préparons l'intégration de 4 ou 5 nouvelles personnes.

PC : Vous avez été remarqué par le Trophée des Iris cette année et vous faites aussi régulièrement des conférences dans le Pays Cathare. Pouvez-vous nous en dire plus ?

DM : J'interviens régulièrement auprès du public : dans des campings, des auberges ou pour des associations ... Généralement, mes conférences durent 1 h à 1 h ½, en dehors des échanges de questions-réponses avec le public. J'étais à Arzens le 11 juin par exemple.

PC : Vos conférences sont-elles toujours sur le thème du catharisme ?

DM : Non, pas exclusivement, même si cette thématique reste le coeur de mes interventions. Je traite aussi de thèmes comme Saint-Jacques de Compostelle, la construction des grandes forteresses (construction des châteaux), l'art roman ou l'archéologie dans les châteaux des Corbières.

PC : J'ai pu constater que votre approche plaisait bien au public. Elle est à la fois accessible et pédagogique. Mais revenons-en au c¦ur de ce qui passionne nos lecteurs de cathares.org, le catharisme. Pouvez-vous nous donner votre position sur ce sujet ?

DM : Tout d'abord, il faut avant tout poser clairement le contexte religieux : la religion médiévale n'est pas celle d'aujourd'hui. Le rapport à l'Église était très différent.

PC : Il existe plusieurs écoles sur le sujet, mais quelle origine attribueriez-vous au mouvement cathare ?

DM : Il n'existe pas de réponse absolue à cette question. Comme beaucoup de personnes, et après avoir eu plusieurs idées sur le sujet, je pencherais vers une origine en relation avec la chrétienté orientale. L'apparence des cathares, vêtus de sombres, portant la barbe et les cheveux longs correspond à celle de certains moines slaves. De plus on trouve dans les discours cathares beaucoup d'allusions à de vieilles controverses savantes dont le souvenir, devait encore être bien présent autour des bibliothèques byzantines. Il ne s'agit sans doute pas d'une filiation secrète remontant à l'église paléochrétienne mais à une création médiévale réactivant d'anciens thèmes.

PC : Mais la Croisade albigeoise n'est-elle qu'un événement militaire visant à éradiquer les cathares ?

DM : Il y a deux niveaux de lecture par lesquels nous pouvons analyser cette période tragique. D'un point de vue politique, je suis frappé de la correspondance de dates entre le moment où le comte de Toulouse et le roi d'Aragon se sont réconciliés et le début de la Croisade. En 1198 on signe un traité de paix qui unit plus ou moins concrètement Toulouse, Barcelone et Saragosse. La croisade débute en 1209, 11 ans plus tard. Replacé dans un "contexte international" cet événement illustre les tensions politico-commerciales qui devaient exister autour de la maîtrise du débouché de la vallée du Rhône et de l'axe Atlantique-Méditerranée. Par ailleurs, d'un point de vue religieux, la papauté était très inquiète, bien sur du discours hérétique mais surtout de l'indépendance croissante des féodaux à son égard et de la montée en puissance des royautés. Le comte de Toulouse a sans doute été victime de ce double contexte.

PC : Le catharisme était-il très intégré dans les différentes couches sociales du sud de la France ?

DM : Le catharisme existait, mais il restait marginal concernant principalement les élites. Ce que l'on ne peut pas évaluer c'est la capacité dans le temps qu'il aurait eu à s'étendre vers un public plus large.

PC : Alors l'Inquisition ? Pourquoi a-t-elle été créée finalement ?

DM : L'Inquisition permet à la papauté d'accroître son contrôle sur les populations quelquefois au détriment même du pouvoir royal. Au début du XIVe siècle Philippe-le-Bel réussit à la contrôler en l'utilisant par exemple contre les Templiers.

PC : Nous sommes donc bien en face d'un grand mouvement géopolitique, à l'aube de la construction européenne.

DM : Oui, la Croisade contre les Albigeois a eu des conséquences capitales pour l'évolution du royaume de France et de l'Espagne du nord. Les catalano-aragonais par exemple perdent leur influence au nord des Pyrénées.

PC : Que pensez-vous d'un renouveau actuel du catharisme ?

DM : Tout le monde a le droit d'avoir une vision romantique du sujet. Et le catharisme, religion disparue, est attrayant dans le monde ultra matérialiste où nous vivons. Certains peuvent peut-être chercher aujourd'hui à vivre comme les cathares, imitant la rigueur de leur mode de vie, pourquoi pas ! Le tout est de ne pas prétendre à une filiation historique avec le catharisme médiéval bel et bien disparu. Cela dit le mode de vie des religieux cathares n'est pas facile. Lorsque l'on songe par exemple qu'un qu'un parfait ayant effleuré une femme devait faire 3 jours de jeûne ... on a du mal à imaginer ce que cela pourrait donner dans le métro parisien ...

PC : Pourtant, chaque année, on retrouve des passionnés lors du solstice d'été à Montségur. Qu'en pensez-vous ?

DM : J'ai vu quelquefois 300 à 400 personnes rassemblées autour du donjon, Certains vendaient le consolament ! Il y avait des radios locales, des néo-nazis, des druides, des occitanistes, des mages ... Des baraques à frites étaient même installées en bas, sur le parking, ... C'était vers 1984-85. Aujourd'hui, c'est beaucoup plus calme.

PC : Pour cathares.org, je cherche très souvent à faire participer des professionnels et historiens. Participeriez-vous aux plates-formes interactives ?

DM : Vous savez ... je suis quelqu'un du dehors ! J'utilise l'Internet depuis 2000 et je connais bien cathares.org, mais il est vrai que je me sers du réseau exclusivement pour des recherches de documentations pour mon travail et, bien entendu, pour le courrier électronique. Mon efficacité réside sur le terrain.

PC : Merci David. Ce fut un grand plaisir de pouvoir échanger avec vous. Mais je crois que nous allons prochainement nous revoir à nouveau, pour réaliser un gros dossier sur le château de Fenouillet ...

DM : Merci à vous aussi. À bientôt.
David Maso, guide du Pays Cathare, à l'Im@ginarium de Carcassonne
- David Maso -
(Im@ginarium
de Carcassonne)


 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr