catharisme
le glossaire du catharisme
A B C D E F
G H I J K L
M N O P Q R
S T U V W X Y Z
 



Club cathares.org...
    élargissez vos connaissances en rejoignant le Club cathares.org ®, le premier intranet éditorial


haut de la page Maison

«Tenir une maison» a été la façon inquisitoriale de présenter les couvents cathares abritant des communautés de parfaits ou parfaites cathares. Cette terminologie est encore aujourd'hui utilisée dans les livres d'histoire. Ces maisons semblent avoir été implantée dans la quasi-totalité des villes et villages de la région languedocienne. Les maisons de parfaits ont laissé moins de trace et il semble qu'elles aient été moins nombreuses que les communautés féminines.



haut de la page Manichéisme

Le manichéisme, directement issu du Mani (216-277), se présente comme une religion couvrant les précédentes. Basée sur l'opposition des deux principes du bien et du mal, cette religion est dualiste absolue : le bien / esprit contre le mal / matière. La vision manichéenne du monde repose donc sur cette opposition bien qu'elle soit souvent présentée comme une gnose : le salut ne vient que de la connaissance, de la signification des choses et événements.



haut de la page Mariage

Considéré comme condamnable au même titre que l'acte de chair, le mariage n'était cependant pas interdit pour les simples croyants. Les mariages cathares pouvaient être dissous, reposant uniquement sur un consentement mutuel.



haut de la page Marie

L'interprétation de Marie, comme celle de Jésus, a évidemment été très différente entre la vision catholique romaine et la vision cathare. Pour la plupart, les cathares ont considéré Marie comme un ange, étant descendu sur Terre au même titre que Jésus Christ et Jean l'évangéliste (formant ainsi les trois témoins dont parle le quatrième Evangile). Certains exégètes cathares ont cependant considéré que Marie ne signifiait que leur Eglise.



haut de la page Melhorament ou meioramentum

Du mot occitan signifiant amélioration. Reconnaissance du parfait par le croyant, présenté comme une adoration par les catholiques contemporains. Il se mettait à genoux, s'inclinait trois fois, mains jointes, jusqu'à terre. Parfois, le melhorament se limitait à trois génuflexions en disant à chaque fois «Bénissez-nous seigneur ; priez pour nous». Puis le croyant demandait alors «Conduisez-moi à bonne fin». Le parfait ou la parfaite répondait alors «Dieu vous bénisse ! Nous prions Dieu pour qu'il vous fasse bon chrétien (ou bonne chrétienne), et vous amène à bonne fin».



haut de la page Métempsycose

Dans le cycle des réincarnations, les cathares admettaient un éventuel recul dans le règne animal. Cette conception et appelée métempsycose car elle ne limite pas la migration des âmes aux seuls humains.

L'enfer était donc - dans cette vision - la terre elle-même, sur laquelle les âmes devaient circuler d'enveloppe charnelle en enveloppe charnelle jusqu'à leur libération.

Bien que certains cathares aient considérés que l'âme ne pouvait être libérée que dans un corps d'homme, la véritable doctrine ne faisait aucune différence, la considérant comme non sexuée.



haut de la page Mort

Selon les cathares, le mort mettait quatre jours pour se séparer de son corps physique. Le parfait devait alors l'assister en priant pour faciliter le passage de l'âme.

La médecine considère aujourd'hui que le cerveau conserve une activité pendant quatre jours après la mort clinique.



haut de la page Parfait et parfaite

Etaient parfaits ou parfaites ceux qui avaient reçu le Consolamentum. Les parfaits ne mangeaient pas de viande ou dérivés sauf le poisson. Selon eux, le fait de manger de la viande animale revitalisait ses instincts brutaux. Ils ne devaient pas influencer la justice humaine (par exemple siéger dans les tribunaux, à la différence du clergé catholique, très impliqué dans les affaires temporelles).

Sorte de pasteur de l'Eglise cathare, les parfaits et parfaites ne se sont jamais appelés de cette manière mais se présentaient comme des Bons-Hommes et Bonnes-Femmes, ou Bons chrétiens et Bonnes chrétiennes.

Les parfaits se devaient de respecter scrupuleusement un mode de vie d'ascète :
. ne pas avoir de liaison charnelle
. ne pas consommer d'aliments carnés (ils se nourissaient exclusivement de poissons et de légumes et faisaient de nombreux jeûnes)
. ne pas pratiquer l'homicide y compris des animaux (considéré comme le péché le plus grave)
. ne pas succomber à la lâcheté devant la souffrance et la mort
. ne pas mentir ni jurer
. et surtout consacrer leur vie au spirituel (nombreuses prières, aider les autres, ...).

(voir les plates-formes n° 37, sur leur vie quotidienne et n° 297, sur le terme "parfait")



haut de la page Patarins

Cathares de Calabre (Italie du sud).



haut de la page Pater

Le Pater est commun, à quelques exceptions mineures à toutes les divergences chrétiennes : catholiques, protestants ... cathares et autres hérétiques de mouvance chrétienne. Le Pater ne pouvait cependant pas être prononcé par les croyants cathares du fait qu'ils ne pouvaient s'adresser au Dieu bon comme leur père alors même qu'ils étaient encore dans un stade matériel.

Très utilisé comme prière, le pater était par exemple récité par les parfaits et parfaites avant chaque repas, en coupant le pain.

La Pater cathare : (issu du Rituel Cathare)

«Pater noster qui es in celis, sanctificetur nomen tuum ; adveniat regnum tuum. Fiat voluntas tua sicut in celo et in terra. Panem nostrum supersubstancialem da nobis hodie. Et dimitte nobis debita nostra sicut et nos dimittimus debitoribus nostris. Et ne nos inducas in temptationem sed libera nos a malo.

Quoniam tuum est regnum et virtus et gloria in secula. Amen.»


Traduction française :

«Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié ; que votre règne arrive. Que votre volonté soit faite sur la terre comme dans le ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain supersubstantiel . Et remettez-nous nos dettes comme nous les remettons à nos débiteurs. Et ne nous induisez pas en tentation mais délivrez-nous du mal.

Car à vous appartiennent le règne et la puissance et la gloire dans les siècles des siècles. Amen.»




haut de la page Pauvres catholiques

Les cathares n'étaient pas les seuls à se soulever contre le clergé dont les richesses ne leur donnaient guère de crédibilité par rapport aux discours évangéliques. Durand de Huesca fut un pionnier par la création de l'Ordre des Pauvres Catholiques. A la suite du colloque de Pamiers, en 1207, tenu par saint Dominique en personne, Durand de Huesca donna donc naissance au tiers-ordre des Pauvres Catholiques. Ils constituèrent dès 1212 un double couvent pour les frères et pour les soeurs à Elne (Roussillon). Leur principale mission consistait à précher sans fin, vivant pauvrement à l'instar des parfaits, mendiant et dormant parfois dans les bois ...

Durand de Huesca est aujourd'hui connu principalement pour on combat contre les hérétiques et plus particulièrement par son ouvrage Liber contra Manicheos.



haut de la page Péchés

Considérés comme mortels, les péchés sont identiques à la vision catholique romaine : la concupiscence charnelle, la fornication, l'amour des biens matériels, l'homicide, la violence et la colère, le mensonge, la crainte de la mort, ... Les péchés étaient les mêmes pour les parfaits et les croyants. Ces derniers bénéficiaient seulement d'une indulgence importante, au regard de laquelle ils avaient à se réincarner encore plusieurs fois pour être libérés de la matière.



haut de la page Pentagramme

Plusieurs formes de pentagramme ont été retrouvées dans la région : sur des graffitis, des objets de plomb, des pierres gravées, ... La spoulga d'Ornolac, grotte satellite de Lombrives (aussi appelée grotte de Bethléem) possède une forme de pentagramme gravée profondément dans la pierre. Les dimensions de celle-ci permettent à un homme de s'inscrire à l'intérieur des extrémités, plaçant ses mains, pieds et tête à chaque angle.

(voir la plate-forme n° 22, sur les signes et insignes cathares)



haut de la page Poisson

Initialement utlisé par les premiers chrétiens pour symboliser Jésus Christ, le poisson semble avoir aussi été utilisé par les cathares. Le Rituel de Lyon contient une représentation. Le Musée de Foix en possède aussi une représentation sur une pierre gravée.

Pour les premiers chrétiens, le symbolisme du poisson provenait en partie de son nom grec Ichtus, dont les lettres pouvaient être interprétées comme les initiales de la phrase «Iésous Christos Théou Uios Sôter», «Jésus Christ, de Dieu Fils, Sauveur».



haut de la page Prière cathare

«Père saint, Dieu juste des bons esprits, toi qui jamais ne te trompas, ni ne mentisn ni n'erras, ni ne doutas, de peur que nous ne prenions la mort dans le monde du Dieu étranger - puisque nous ne sommes pas de ce monde et que le monde n'est pas de nous -, donne-nous à connaître ce que tu connais et à aimer ce que tu aimes.

Pharisiens séducteurs, vous vous tenez à la porte du royaume et vous empêchez d'entrer ceux qui voudraient y entrer, alors que vous autres, vous ne le voulez pas ; c'est pourquoi je prie le Père saint des bons esprits qui a pouvoir de sauver les âmes, et, par le mérite des bons esprits, fait grener et fleurir ; et à cause des bons, donne la vie aux méchants - et il le fera aussi longtemps qu'il y aura des bons en ce monde, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun de mes "petits", ceux qui sont des sept royaumes et sont descendus du Paradis autrefois, quand Lucifer les en a tirés sous le prétexte que Dieu les trompait en ne leur ayant permis que le bien ; de sorte que le diable était très faux, car il leur donnerait des femmes qu'ils aimeraient beaucoup, qu'il leur donnerait le commandement des uns sur les autres, et qu'il y en aurait qui seraient rois, comtes ou empereurs, et qu'avec un oiseau ils pourraient en prendre un autre, et avec une bête, une autre bête.

Tous ceux qui lui seraient soumis decendraient en bas et auraient le pouvoir d'y faire le mal et le bien, comme Dieu en haut ; et il leur valait beaucoup mieux (disait le diable) être en bas, où ils pourraient faire le mal et le bien qu'en haut où Dieu ne leur permettrait que le Bien.

Et alors ils tombèrent sur un ciel de verre et autant s'y élevèrent, autant tobèrent et périrent ; et Dieu descndit du ciel avec douze apôtres et il s'adombra en sainte-Marie.»


Extrait du Registre d'Inquisition de Jacques Fournier
Tome II, page 461-462
Sans avoir reçu la Tradition du Pater, les simples croyants ne devaient pas dire cette prière. Ils pouvaient en revanche réciter le Benedicite («Benedicite, Benedicite, Domine Deus, Pater bonorum spirituum, adjuva nos in ommibus quae facere voluerimus»).



haut de la page Principes

Selon la vision dualiste du monde, deux principes s'affrontaient depuis la nuit des temps. Le Bon Principe, du Dieu bon, spirituel et le Mauvais Principe, du Dieu mauvais, matériel. Le Livre des Deux Principes expose, avec l'approche propre à l'époque, les fondements de cette pensée, base de la religion cathare.



haut de la page Receveur des âmes

Les cathares appelaient parfois les parfaits donnant le Consolament, le Receveur des âmes.



haut de la page Réincarnation

Voir métempsycose.



haut de la page Rituel

Le rituel cathare présente la manière dont le croyant était reçu par les parfaits. Voir aussi Pater.

 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr