Pays Cathare
cités fortifiées et villes importantes
Narbonne
introduction
 

NARBONNE


- cloître de la cathédrale -
(d'après un dessin de Viollet-de-Duc)


ESCAPADE VERS NARBONNE

carte I.G.N n° 72, (série verte, 1 : 100 000), secteur C4
carte I.G.N n° 114, (série rouge, 1 : 250 000), secteur B6
carte I.G.N n° 2546 OT, (série bleue, 1 : 25 000)
G.P.S. (palais des Archevêques) : 43° 11' 04" Nord - 3° 0' 10" Est - niveau de la mer

- Tour Carrée -
La Cathédrale fortifiée (Cathédrale Saint-Just) offre un bel exemple de protection de bâtiment religieux.

Le château des archevêques, situé au sud-est de la cathédrale, très remanié depuis sa fondation au XIe siècle, présente encore trois tours quatrangulaires. La plus haute, très caractétistique avec ses poivrières récentes, est le donjon.

Fantaisie de Viollet-le-Duc, l'Hôtel de Ville d'un style "néogothique", dépareille de l'ensemble.



NARBONNE ET LE CATHARISME



Après de multiples changements de mouvance, le Duché de Narbonne est, au moment de la croisade, sous la tutelle du comte de Toulouse. Le prélat de Narbonne, Béranger, fils du comte de Barcelone, fut probablement aussi un vecteur indirect de la représentativité du catharisme dans le Languedoc. N'opposant aucune résistance et affichant un laissez-aller qui provoquera des remontrances violentes de Rome, l'archevêque de Narbonne sera déposé et remplacé par Arnaud-Amaury en 1211, à la suite de l'excommunication de Raymond VI.

Par son archevêque très actif, Arnaud-Amaury, Narbonne influence, indirectement, de manière importante le déroulement de la croisade.

Malgré une prise de position parfois marquée à l'encontre de Simon de Monfort (les portes fermées au chef de la croisade), Narbonne ne connaîtra pas de combat sanglant comme Béziers, mais sera parfois le théatre de réunions stratégiques, comme en Janvier 1211, où Arnaud-Amaury, Simon de Monfort, Pierre II d'Aragon, Raymond VI, comte de Toulouse, le comte de Foix, ... se réunirent pour trouver un accord principalement sur l'hommage Simon de Monfort au roi d'Aragon.

Confisquée à Raymond VI en 1214, la vicomté de Narbonne est alors confiée à Simon de Monfort, puis cédée en 1224 par son fils, Amaury de Montfort, au roi. Elle est dorénavant intégrée à la Séchaussée royale de Carcassonne-Béziers.

Narbonne se manifestera cependant en 1234, par une ébauche de guerre civile entre les artisans (au travers d'une confrérie) et Ferrier, inquisiteur très actif. Deux années seront nécessaires pour concilier le Bourg et la Cité. Le résultat fût quelques départs en Terre Sainte et surtout l'interdiction de reconstituer des confréries ...

En 1242, Narbonne est reprise par le comte de Toulouse, Raymond VII. Le traité de Lorris, un an plus tard, oblige cependant ce dernier à restituer ces terres.



 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr