dossiers
«Déodat Roché...»
Introduction
 

Déodat Roché

Jean-Philippe Audouy




Extrait du livre :

Déodat Roché - Le Tisserand des Catharismes
de Jean-Philippe Audouy
collection Mémoires du Pays Cathare


Introduction


Le catharisme a perdu son identité. Minuscule point dans la longue marche de l'Histoire, il est, éternelle métempsycose de la chute d'Adam, tombé dans la mare des inanités humaines. Les gestes simples d'une vie quotidienne sont devenus autant de symboles à découvrir. Les lieux du refuge se sont mués en temples des mystères. La figure simple d'un croyant s'est subitement imprimée sur des brochures ésotérico-commerciales. Qui es-tu, aujourd'hui, catharisme ? Tu es la réfutation des aspirations des Parfaites et des Parfaits. Tu es, catharisme moderne, vil Sodome, leur Mal, leur Satan. Tu es l'anti-catharisme médiéval. Tu n'es rien, tu ne peux être, tu ne dois pas être, et, cependant, tu es.

Les écrivants se mêlent aux écrivains. Les fulgurants historiens se confondent aux scientifiques les plus rigoureux. La poésie, délicieuse larme post-mortem, ne se conçoit plus que comme missive occultiste. L'historiographie du catharisme a défloré sa pieuse virginité. La passion a chassé la raison. Elle est un cadavre pourrissant, offerte à toutes les hyènes de la cité.

La figure de Déodat Roché a ressenti les effets néfastes de ce souffle historiographique. Il est, aujourd'hui, un visage sans nom, un homme sans histoire. Il sut cultiver l'ambivalence jusque dans les tourments de sa postérité. Il accrocha son manichéisme historique au culte de son souvenir. Homme public, il ne laisse personne indifférent. Chacun pense son image de Déodat Roché. "Relique historiographique et historique", son corps et son âme sont dispersés dans les chapelles de la mémoire. Il est un, mais divisible.

Loin des instants hagiographiques, loin de la non-histoire, vague relent de nostalgie émotive et de présupposés dogmatiques, qui est Déodat Roché ?

Bien sûr, le souvenir de "l'homme d'Arques" demeure intimement lié au catharisme. "Pape du catharisme" pour certains, "maître d'Arques" pour d'autres, il a bouleversé le sens de l'historiographie. Sa vision du "fait cathare" a enfanté des catharismes. Sa vie d'homme, trop souvent oubliée, rejetée, dévoile la chaleur d'un être. La statue figée du "mythe Roché" éclate, au feu de ses passions, en morceaux. Il s'humanise, se relativise, se "banalise". Au-delà de "l'homo-catharismus", il existe, peut-être, plusieurs Déodat Roché : un Roché magistrat, un Roché homme politique, un Roché franc-maçon, un Roché père de famille, un Roché époux ...

Cet homme, c'est celui que décrit Lucien Febvre, dans Combats pour l'histoire :

«Les hommes, seuls objets de l'histoire (d'une histoire qui ne s'intéresse pas à je ne sais quel homme abstrait, éternel, immuable en son fond et perpétuellement identique à lui-même) mais aux hommes toujours saisis dans le cadre des sociétés dont ils sont membres (aux hommes membres de ces sociétés à une époque bien déterminée de leur développement) aux hommes dotés de fonctions multiples, d'activités diverses, de préoccupations et d'aptitudes diverses, de préoccupations et d'aptitudes variées, qui toutes se mêlent, se heurtent, se contrarient, et finissent par conclure entre elles une paix de compromis, un modus vivendi, qui s'appelle la vie.»

Chaque journée de son existence signifia un progrès, une avancée. Déodat Roché comprend la vie comme l'expression d'un dynamisme, comme le panégyrique du mouvement. Il croit à la destinée, à la réalisation d'un Idéal terrestre.

Idéal, tel est le terme récurrent du discours rochéen, de la vie de l'intellectuel audois. Cet idéal développe une identité double. Chair de la vie quotidienne, il sculpte les actes de l'homme Roché. Jamais, il ne le renia. Au contraire, l'idéal se conjugue, en même temps, avec l'intemporalité. Hors du temps et de l'espace, il brille, dans le ciel spirituel de Déodat Roché, comme une planète à jamais inaccessible. Cependant, il espère, un jour, "Petit Prince de l'Aude", apprécier, avec délectation, les spirituelles aspérités de cette délicieuse terre.

L'Idéal possède donc la clé de la compréhension du personnage. Le découvrir, c'est distinguer le mythe, la rumeur, du réel. C'est donner vie à Déodat Roché.

Son parcours dépasse les frontières de la biographie. Il le situe dans trois histoires :

- Tout d'abord, il rappelle la prédominance de l'érudit audois dans la période de l'après-deuxième-guerre mondiale de l'histoire du catharisme. Comment apprécier ses études ? Comment mesurer son influence ?

- Ensuite, il intègre, par le développement de son idée du catharisme, l'histoire du christianisme en général et du catholicisme en particulier. Du Pythagoricisme au manichéisme jusqu'à la franc-maçonnerie, il recherche, soulagé par une foi bien particulière, l'Église invisible, universelle. Il pense, ainsi, un nouveau, un autre christianisme. Poursuivant la logique de son raisonnement, il lutte contre le catholicisme. Mêlant histoire, politique, spiritualité, il mène son anticléricalisme à l'assaut de la forteresse romaine. Destructeur d'Église, révolutionnaire, rénovateur : qui est-il ? Comment envisage-t-il l'avenir du catharisme ?

- Enfin, en communion avec ses propos sur la foi, il se place au centre des débats de la société française de l'époque en portant la réflexion sur la laïcité. Les consciences du XIXe siècle s'effondrèrent devant le divorce de la science et de la foi. La laïcité figurait la douce image de la colombe de la réconciliation ...



 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr