Pays Cathare
cités fortifiées et villes importantes
Carcassonne
«Mémoires du Moyen-Âge»
le moyen-âge
 


musée
Mémoires du Moyen-Âge
le moyen-âge




Le Moyen Âge est un terme inventé par les humanistes de la Renaissance. Il désigne une longue période de 1000 ans qui se situe entre le monde antique et le monde moderne.

Le Moyen âge est perçu de façon monolithique. Or, il n'en est rien ! Que d'évolution en 10 siècles. Nous examinerons en particulier l'architecture, le costume et les armes.

On a coutume de faire débuter le moyen âge en 476, à la chute de l'empire Romain d'Occident, ravagé par les peuples appelés Barbares. Parmi ces peuples : les Francs. Véritable fondateur du royaume Franc et rois de la dynastie des Mérovingiens, Clovis fut baptisé en 496. Franc signifie brave, courageux, fier ...

Le mode de vie des Gallo-romains est peu à peu remplacé par celui des Barbares. Les riches romains vêtus d'une longue tunique et drapés dans une toge, mangeaient couchés des plats souvent raffinés. Les Barbares mènent une vie plus frustre... Bien que connaissant le tissage, ils utilisaient beaucoup la fourrure. Les hommes comme les femmes aimaient à se parer de somptueux bijoux.

Le savoir faire des Mérovingiens se manifeste principalement par la sculpture, l'orfèvrerie, et la métallurgie. L'épée longue à double tranchant, la hache de jet appelée Francisque et le scramasaxe armaient les soldats Mérovingiens qui étaient surtout des fantassins. A l'époque de Charlemagne, les guerriers changent. Ils sont équipés de la lance, de l'épée, du casque, d'un bouclier en bois recouvert de cuir et d'une cuirasse, la broigne faite de peau sur laquelle sont cousus des anneaux de fer. Au 8è siècle, la cavalerie apparaît chez les Francs. Le corps, mais aussi les cuisses sont revêtus d'un justaucorps de peau ou de toile recouvert de plaques de métal. Le costume de tous les jours des rois et des grands de cette période est assez simple. Mais lors des cérémonies officielles, les carolingiens portent la chlamyde romaine, ce manteau court et fendu agrafé sur l'épaule, par référence à la grandeur des empereurs romains. Dans les campagnes, nous trouvons encore quelques églises rurales illustrant la construction de cette période. Le chevet, la partie extérieure du choeur de l'église est semi circulaire ou plat. Des contreforts épaulent les murs faits de pierres mal taillées liées à la chaux. La nef est couverte d'une charpente qui repose sur des arcs épais appelés arcs diaphragmes. Seul le sanctuaire est voûté. Les colonnes et les chapiteaux sont souvent des réemplois de l'époque romaine. Pour assurer son empire, Charlemagne nomme des fidèles. Le système féodal se met en place. Ces fidèles, les vassaux, sont des seigneurs qui font construire des tours souvent en bois, protégées par des enceintes circulaires de terre : les enceintes castrales. La tour de bois est l'ancêtre des donjons romans. On en trouve jusqu'à la fin du onzième siècle. Par souci de sécurité , les châteaux en bois sont remplacés par des châteaux de pierre plus difficiles à incendier mais toujours situés à des endroits stratégiques. Pour pouvoir tirer des flèches, les murs sont percés de meurtrières. Des hourds en bois surplombent les remparts au dessus du fossé. Le pont levis et la herse protègent l'entrée de la forteresse. Le costume s'allonge et tend vers l'ajustement au corps. Hommes et femmes de toutes classes portent une tunique : le Chainse, puis la cotte, sorte de robe en lin. Seuls les nobles portent en plus le Bliaud, leur tunique d'apparat. Les femmes séparent leurs cheveux en deux grosses nattes tombant devant les épaules. Le seigneur lui , va à la guerre.

Au XIIème siècle, l'artillerie à trébuchet se diffuse, les machines de guerre deviennent indispensables pour la prise des forteresses. Les soldats sont équipés d'arcs et de flèches. La tête est protégée par un casque conique nasal. Les chevaliers possèdent un bouclier décoré avec leurs armoiries. Leurs armes sont l'épée et la lance.

L'époque féodale voit l'expansion de l'art roman illustré par des églises de campagne et surtout par des églises monastiques aux dimensions assez vastes.

Au XIème siècle, les murs sont constitués de simples moellons éclatés au pic, décorés à l'extérieur par des bandes sculptées appelées bandes lombardes. La charpente existe encore au dessus de la nef, mais la voûte, plus solide, supportée par des piliers massifs, se généralise dans l'ensemble du bâtiment. Les murs sont ornés de fresques.

Au XIIème siècle, les murs sont en pierre de taille, toujours épaulés par de solides contreforts. De grandes églises se construisent dans les hauts lieux de pèlerinage. Pour accueillir la foule des pèlerins, les bâtisseurs multiplient les nefs, les absides, créent des déambulatoires et ouvrent de vastes tribunes. Grâce à la voûte en berceau au plein cintre, les chants des moines et des fidèles retentissent et envahissent tout le bâtiment. La sculpture devient monumentale ornant tympans, chapiteaux et portails.

A partir du XIIIème siècle, l'architecture religieuse va subir une grande transformation : le roman cède la place au Gothique. Le gothique est un art des villes caractérisé par l'élévation, la légèreté, la lumière et la disparition des tribunes au profit d'une petite galerie : le triforium. Les vitraux illustrent des scènes bibliques ou des épisodes de la vie des saints et des martyres. La voûte est construite sur croisée d'ogives. Plus d'arcs en plein cintre, mais des arcs brisés. Les cathédrales Gothiques sont le témoin de la richesse commerciale des villes et de la bourgeoisie. Non seulement lieux de cultes, elles accueillaient les associations de métiers, des écoles et des réunions civiles de la commune. A l'extérieur, les murs sont épaulés par des arcs boutants. Les matières des costumes sont de plus en plus luxueuses avec des couleurs variées et des broderies. Hommes et femmes superposent toujours la chemise, la cotte et l'ancien Bliaud nommé maintenant Surcot entre lesquels les pièces d'étoffes se multiplient.

Le XIIIème siècle est aussi l'époque des grands mouvements avec les croisades, le commerce et les pèlerinages. L'architecture militaire elle aussi change . Les éléments défensifs se diversifient avec pont levis et barbacane en pierre. Tours et courtines sont surélevées desservies par des escaliers à vis. Le nombre des archères augmente. Dans l'équipement du chevalier, peu de changement, le heaume remplace le casque conique. L'arbalète est une arme très ancienne qui avait été interdite par le pape Innocent II en 1139, car elle était trop meurtrière. Au 13ème siècle, elle fait à nouveau partie de l'équipement militaire. Rondes, rappelant la pleine lune, pourvues de monture en bois ou en corne, les lunettes apparurent en 1280. Les verres étaient taillés dans du béryl, cette pierre semi précieuse qui, par déformation a donné le mot bésicle.

Au XIVème siècle, l'invention de la poudre à canon va révolutionner le monde de l'armement. Un tube en bois cerclé de fer: la première bombarde ou bouche à feu fait son apparition. Explosant fréquemment, elle était aussi dangereuse pour son utilisateur que pour sa victime présumée. Malgré les balbutiements des armes à feu, l'équipement des chevaliers se sophistique avec l'armure de plates de plus en plus hermétique et pesante. Elle pouvait atteindre 25 kilos. Les châteaux sont encore des forteresses militaires et malgré cheminées, tentures, meubles et fenêtres à meneaux, la vie reste encore assez inconfortable.

La mode change : le costume s'ajuste de plus en plus au corps. Les hommes portent sur les jambes des chausses collantes qui seront par la suite cousues ensemble, on les nommera alors hauts de chausses. Ils portent souvent des poulaines, ces chaussures à longs bouts recourbés.

Les robes des femmes montrent leur décolleté et si elles sont de plus en plus longues, l'habit des hommes, lui, se raccourcit. C'est le vêtement féminin qui caractérise la mode du 15è siècle, avec les nombreuses parures de tête qui prennent des formes variées, et le souci de montrer un ventre proéminent, signe extérieur de richesse. Il n'y aura pas de grandes innovations dans l'architecture religieuse. Les éléments fondamentaux du Gothique sont de plus en plus stylisés. Le décor sculpté prend des allures de flammes de bougies, c'est le Gothique flamboyant. La diffusion de l'artillerie entraîne une adaptation des châteaux aux nouvelles armes. Ouvrages défensifs aux murs épais et multiplication des canonnières répondent aux besoins militaires de l'époque.

Le Moyen Âge n'est pas cette période d' obscurantisme comme souvent il a été présenté. Saurions nous de nos jours construire une cathédrale gothique ? En plus des vestiges architecturaux, nous lui sommes redevables d'un certain nombre d'inventions qui ont toujours cours aujourd'hui : nous avons vu les lunettes, mais il nous faut nommer l'imprimerie, et ne pas oublier l'horloge portable.

Avec la diffusion de la boussole et la création d'un nouveau navire, la caravelle, les navigateurs vont oser s'aventurer loin sur les mers, les grands voyages et découvertes vont pouvoir commencer.


La présentation est disponible en cassette vidéo au Musée Mémoires du Moyen-Âge de Carcassonne.

Photographies : W. Estève et A. Michelidon
Textes : Musée Mémoires Moyen-Age, Carcassonne
Dessins à main levée, infographie
et programmation : Philippe Contal



 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr