catharisme
chronologie de la Croisade contre les Albigeois
 




En bref ...
216 Manès, origine de la religion cathare ?
1209 le début de la croisade contre les albigeois
1210 Cabaret, Minerve, Termes, ...
1211 premier siège de Toulouse
1213 bataille de Muret
1215 soumission de Toulouse
1217 soulèvement et deuxième siège de Toulouse
1218 mort de Simon de Montfort
1224 reconquête des chevaliers faydits
1225 croisade royale, par Louis VIII
1229 Traité de Meaux
1240 révolte de Raymond Trencavel
1244 bûcher de Montségur
1255 reddition de Quéribus, dernière citadelle cathare
1321 mort du "dernier" cathare, Bélibaste, à Villerouge Termenès
1328 Emmurement de 510 cathares dans la grotte de Lombrives
Cliquez ici pour voir la cartographie en plein écran

1154
1154
1226
1226
1270
1270
Angleterre et fiefs possédés en France

Domaine royal de France
Domaines indirects du Roi de France
Annexions de Louis VIII (1223-1226)
Fiefs mouvants
de la couronne de France

Royaume et domaines d'Aragon

Seigneureries ecclésiastiques



haut de la page cartes bas de la page 216-277
  • Manès
    Manès né en 216 en Mésopotamie, mort martyrisé à Ctésiphon en 277. Se dit prophète successeur de Bouddha, de Zoroastre et de Jésus. Il fait une synthèse de ces trois religions qui conduits à un système dualiste : Bien et Mal, Lumière et Ténèbres.

    De nombreux points se retrouveront dans la religion cathare, en particulier la distinction entre le dieu du bien et les forces du mal, ces dernières étant incarnées dans la matière et dans le monde sensible. L'Eglise catholique, par son organisation temporelle, représentait pour les Cathares une institution vouée au mal.

    voir aussi la plate-forme n° 190


haut de la page cartes bas de la page 1028
  • Concile de Charroux

    Il est convoqué à l'initiative de Guillaume V d'Aquitaine pour étudier le moyen de combattre "l'erreur".


haut de la page cartes bas de la page 1049
  • Concile de Reims
    Il est réuni pour envisager le problème sous son aspect général.


haut de la page cartes bas de la page 1056
  • Concile de Toulouse

    Il menace les hérétiques d'excommunication mais leur laisse la possibilité de se repentir et de se réconcilier avec l'église.


haut de la page cartes bas de la page 1119
  • Concile de Toulouse

    Présidé par Calixte II, il enjoint aux pouvoirs séculiers de sévir contre les hérétiques.


haut de la page cartes bas de la page 1135
  • Concile de Pise

    Henri du Mans renie ses "erreurs" pour revenir par la suite à ses activités subversives.


haut de la page cartes bas de la page 1139
  • Deuxième Concile de Latran

    Présidé par Calixte II, il réitère l'injonction aux pouvoirs séculiers de sévir contre les hérétiques.


haut de la page cartes bas de la page 1148
  • Concile de Reims

    Il condamne comme complices ceux qui laissent les hérétiques s'installer sur leurs domaines.


haut de la page cartes bas de la page 1157
  • Concile de Reims

    Il définit une procédure répressive à l'encontre des hérétiques.


haut de la page cartes bas de la page 1163
  • Concile de Tours

    Présidé par Alexandre III, il institue une procédure éliminant l'injustice et l'arbitraire de la répression. Alexandre III avait débarqué à Maguelonne, fuyant l'Italie où l'empereur Frédéric Barberousse soutenait l'anti-pape Octavien.


haut de la page cartes bas de la page 1165
  • Colloque contradictoire de Lombers

    Présidé par Nicétas, évêque hérétique de Constantinople.


haut de la page cartes bas de la page 1167
  • "Concile" cathare à Saint-Félix de Lauragais (de Caraman)

  • Exécution à Vézelay de Cathares bourguignons


haut de la page cartes bas de la page 1179
  • Troisième Concile oecuménique de Latran

    Présidé par Alexandre III, il vise à restaurer la dignité du clergé catholique.


haut de la page cartes bas de la page 1195
  • Concile de Montpellier


haut de la page cartes bas de la page 1198


haut de la page cartes bas de la page 1198-1216
  • Pontificat d'Innocent III

    Sa personnalité domine le drame albigeois. Le clergé du Languedoc faisant preuve d'inertie, n'osant pas entrer en conflit avec une population entière, le pape décide de donner les pleins pouvoirs à ses légats, sans que ceux-ci aient à en référer aux évêques locaux.

    F. Pierre de Castelnau et son associé F. Raoul n'auront désormais, de comptes à rendre qu'à Innocent III lui-même.

    Ces pouvoirs spéciaux seront accordés plus tard aux frères dominicains et c'est ainsi, que sera fondée la tristement célèbre institution connue sous le nom d'Inquisition.


haut de la page cartes bas de la page 1203


haut de la page cartes bas de la page 1204

Montségur
- le Château de Montségur -

haut de la page cartes bas de la page 1206
22 Novembre


haut de la page cartes bas de la page 1207


haut de la page cartes bas de la page 1208
    14 Janvier
    • Assassinat de Pierre de Castelneau

      A l'aube du 15 Janvier de l'an 1208, alors qu'il se dispose à traverser le Rhône, à Saint-Gilles, Pierre de Castelnau est assassiné par un inconnu, que l'on a toujours soupçonné d'avoir fait partie de la suite de Raymond VI.

chevaliers
haut de la page cartes bas de la page 1209
  • Concile d'Avignon

    Deuxième excommunication de Raymond VI.

18 Janvier
  • Soumission de Raymond VI à Saint Gilles

    Raymond VI est autorisé à se croiser contre ses propres sujets et reçoit l'absolution après avoir subi la plus grande humiliation de sa vie.

    Nu jusqu'à la ceinture, fouetté en présence d'une foule considérable, sur les lieux mêmes où Pierre de Castelnau a été assassiné, il offre le triste spectacle d'un homme qui n'a peut-être plus sa raison.

    Vingt ans plus tard, son fils subira les mêmes outrages, ce qui laisserait supposer qu'il existait une tare mentale dans la dynastie des Comtes de Toulouse.
Juin
  • Début de la "croisade"
22 Juillet
  • Massacre de Béziers

    Sept mille personnes sont massacrées dans la seule église de la Madeleine. La ville flambe durant deux jours. On ne signale pas de rescapés.
1er au 15 Août
10 Novembre


Carcassonne
- défense de Carcassonne (hourds) -

haut de la page cartes bas de la page 1210
    Février
    Début Juin
    • Entrevue de Montréal

      Entre Pierre II d'Aragon et des seigneurs occitans qui voudraient lui faire allégeance en échange de sa protection. Mais la négociation échoue.
    22 Juillet
    • Siège et prise de Minerve

      Ils sont cent cinquante, hommes et femmes. Aucun ne renira sa foi et ils s'élanceront eux-mêmes dans les flammes en chantant un cantique.
    Août-22 Novembre
    • Siège et prise de Termes

      La prise de Béziers avait demandé un jour, celle de Carcassonne, quinze et le siège de Minerve avait duré six semaines.

      Termes n'allait capituler qu'au bout de quatre mois d'un siège traversé d'alternatives et de péripéties dramatiques.

      Les difficultés des Croisés augmentent ; malheureusement, le manque de coordination entre les seigneurs méridionaux leur facilite singulièrement la tâche.


haut de la page cartes bas de la page 1211
  • Concile de Montpellier

    Troisième excommunication de Raymond VI.
Début Mars
3 Mai
  • Prise de Lavaur
    Les assiégeants réussissent à créer une brèche dans les murailles et pénétrent dans la place. Aimeric-de-Montréal et ses quatre-vingts chevaliers sont pendus. Géralda de Lavaur, "hérétique obstinée", dit la «chronique» est précipitée vivante dans un puits, que l'on comble ensuite avec des pierres, jusqu'à ce que l'on n'entende plus crier la malheureuse.

    On invitera vainement les habitants à se convertir et, comme à Minerve, ils iront au bûcher en chantant.
16 au 29 Juin
Septembre
  • Siège de Castelnaudary
    Simon de Montfort est assiégé dans Castelnaudary, par les comtes de Toulouse et de Foix. Après cette bataille, la guerre albigeoise passe dans sa phase politique. C'est vraiment la lutte du nord contre le midi.


haut de la page cartes bas de la page 1212
    8 Septembre
    • Reddition de Moissac

      Montfort reprend une à une un certain nombre de cités de l'Albigeois et du Quercy qui s'étaient révoltés contre l'occupation des croisés.


haut de la page cartes bas de la page 1213
  • Conciles d'Orange et de Lavaur
27 Janvier
Juillet
Septembre


stèle commémorative de la bataille de Muret
- stèle commémorative de la bataille de Muret -

haut de la page cartes bas de la page 1215
    Mai
    1er Juin
    Novembre
    • Quatrième Concile de Latran

      Le quatrième concile de Latran constitue l'apothéose d'Innocent III. Systématisant l'idée répandue depuis Grégoire VII, il affirme en une synthèse solidement charpentée la suprématie du pouvoir spirituel sur le temporel et le droit du pape d'intervenir dans la vie intérieure des Etats pour y faire respecter la loi divine. Et il s'efforçera sans trêve d'imposer cette théocratie au monde chrétien. Ce concile prononce la déchéance de Raymond VI dont les domaines sont attribués à Simon de Montfort, nouveau comte de Toulouse.


haut de la page cartes bas de la page 1216
    Mai-24 Août
    • Siège de Beaucaire

      Le fils de Raymond VI, le futur Raymond VII, débarque à Marseille et assiège Beaucaire. Montfort se porte au-devant de lui. Toulouse en profite pour se révolter.
    Début Septembre Octobre


haut de la page cartes bas de la page 1217
    Février-Mars
    • Siège de Montgrenier
    22 Mai
    12 Septembre
    13 Septembre 1217 au 22 Juillet 1218
    • 2e siège de Toulouse

      Simon de Montfort ne pouvant supporter l'humiliation que Raymond VI lui a infligée en faisant son entrée dans Toulouse. Il met le siège devant la ville. Mais une pierre lancée par un mangonneau (pointé par une femme, dit la légende) vient mettre fin à la carrière du condottière.

      On peut voir sur le mur du Jardin des Plantes une plaque commémorative de ce haut fait.


haut de la page cartes bas de la page 1218
    25 Juin
    Octobre 1218 à Juin 1219
    • Siège et prise de Marmande


haut de la page cartes bas de la page 1219


haut de la page cartes bas de la page 1220
    Juillet à Mars 1221
    • 2e siège de Castelnaudary


haut de la page cartes bas de la page 1221
  • Prise de Montréal par Raymond VI et mort d'Alain de Roucy


haut de la page cartes bas de la page 1222
  • Création du village fortifié de Cordes
Août


haut de la page cartes bas de la page 1223
  • Concile de Sens

    Il cherche à conclure la croisade.
Mars
Juillet
  • Mort de Philippe-Auguste

  • Règne de Louis VIII (1223-1226)

    Contre Raymond VII, Amaury de Montfort fait appel au successeur de Philippe Auguste et lui céde tous ses droits.

    Louis VIII, nommé chef de la croisade par le pape, n'a guère de peine à soumettre le Languedoc. Sa mort manque tout compromettre. Raymond VII réoccupe une partie de ses Etats. Le compromis conclu à Paris (1229) n'en consacre pas moins l'implantation des Capétiens dans le midi.


haut de la page cartes bas de la page 1224


haut de la page cartes bas de la page 1225
    Raymond VII succèdant à son père Raymond VI (mort en 1222) est déclaré ennemi de l'église et du Christ.
    • Le concile de Bourges lance une deuxième Croisade.


haut de la page cartes bas de la page 1226
  • Concile cathare de Pieusse

    il crée un évêché cathare au Razès.
30 Janvier
Juillet
9 Septembre
  • Prise d'Avignon
3 Novembre
  • Mort de Louis VIII

  • Avènement de Saint Louis, Régence de Blanche de Castille

    L'avènement d'un enfant de douze ans menace de ruiner l'autorité royale. Les féodaux se soulèvent et tentent d'enlever le jeune roi qui sera sauvé par l'énergie de la régente, appuyée sur l'Eglise et les villes.

    Ensuite, à part quelques soubresauts jusqu'en 1241, la paix ne fut plus guère troublée. La personnalité du roi compte pour beaucoup dans ce résultat. Grâce à lui, l'institution monarchique s'élève très au-dessus de l'ordre féodal.


haut de la page cartes bas de la page 1227-1241


haut de la page cartes bas de la page 1227
  • Concile de Narbonne

    Réuni par Pierre Amiel, il confirme excommunications et anathèmes.


haut de la page cartes bas de la page 1228


haut de la page cartes bas de la page 1229
    Janvier
    • Traité de Meaux

      Par le traité de Meaux, Raymond VII s'engage à détruire l'hérésie, et à restituer ses biens à l'Eglise, à marier sa fille au frère du roi de France, Alphonse de Poitiers. Si aucun enfant ne naît de cette union, le comté de Toulouse reviendra à la couronne de France.

      C'est à cette assemblée que l'on fait habituellement remonter l'origine de l'Inquisition, bien que cette institution ait déjà été en germe dans quelques décisions antérieures.

    • concile de Toulouse

      Il règle les formalités d'application du Traité de Meaux.
    Printemps
    • Roger-Bernard de Foix fait la paix avec le roi



- machine de guerre : trébuchet -

haut de la page cartes bas de la page 1232
  • Guilhabert de Castres s'installe à Montségur - concile Cathare de Montségur

    Guilhabert de Castres, la figure la plus marquante de catharisme occitan, est signalé comme ayant administré le consolamentum ou prêché dans plusieurs centaines de localités différentes du Languedoc, sous le nez des Inquisiteurs.

    Un synode hérétique se tient à Montségur, dans le pays ariégeois, où la résistance cathare s'est organisée - tout comme elle s'organise dans le Fenouillèdes, aux confins du Roussillon.

    De son côté, l'Inquisition s'emploie à dépister et à traquer l'hérésie.


haut de la page cartes bas de la page 1237-1241
  • Raymond VII obtient la suspension de l'Inquisition dans ses états pour quatre ans


haut de la page cartes bas de la page 1240


Carcassonne
- chemin de ronde (Carcassonne) -

haut de la page cartes bas de la page 1241
  • Premier siège de Montségur

    A la demande du roi de France, Louis IX, le comte de Toulouse, Raymond VII, entreprend le siège de la citadelle cathare. Sans grande conviction cependant car il repart sans résultat.
Mai
  • Mort de Roger-Bernard de Foix


haut de la page cartes bas de la page 1242
    28 Mai
    • Massacre des inquisiteurs à Avignonet

      Quelques coups de haches font tomber les portes et, bientôt, tous les membres du terrible tribunal, y compris le notaire et les huissiers, gisent à terre, le crâne fracassé et le corps transpercé par les épées et les lances.

      Mené par des gens de Montségur (en particulier Pierre-Roger de Mirepoix), ce massacre précipitera l'action militaire contre la forteresse cathare.

      L'inquisition s'empresse d'excommunier le comte de Toulouse.
    Juillet


haut de la page cartes bas de la page 1243
  • Transport de l'énigmatique trésor des cathares vers Lombrives (la plus vaste grotte d'Europe) ou vers une Spoulga du Sabarthez (Ornolac, Bouan ?) par Mathéus et Bonnet (d'après la déposition d'Imbert de Salles).


haut de la page cartes bas de la page 1244
    Printemps
    • Prise de Montségur

      Commencé en Mai 1243, le siège de la "synagogue de Satan" selon les catholiques, se termine après 10 mois.

      Les pourparlers sont entamés le 1er Mars 1244, mais la place ne sera rendue quinze jours plus tard.

      Ceci, peut-être, pour permettre aux cathares de célébrer une fête manichéenne, qui tombait à l'équinoxe de printemps.

      Les hérétiques de Montségur seront brûlés vifs le 16 Mars de l'an 1244, dans un gigantesque bûcher, dressé au pied de la montagne (le "Prat dels Cremats", ou le champ des brûlés).

      Enfin, durant la nuit qui suivit cet autodafé, Pierre-Roger de Mirepoix fit évader quatre parfaits, qu'il avait au préalable, cachés dans un souterrain du château.

      Probablement étaient-ils chargés de sauver les livres sacrés des Cathares ...
    voir aussi la plate-forme n° 9


haut de la page cartes bas de la page 1247


haut de la page cartes bas de la page 1248-1254
  • Croisade de Saint Louis

    La guerre civile allumée dans les états francs par Frédéric II (1228) les met en péril. Une croisade en 1239-1240 leur vaut un répit auquel la perte de Jérusalem en 1244 met un terme.

    Saint Louis se croise aussitôt, mais ne peut partir qu'en 1248.

    Une expédition mal dirigée contre l'Egypte, principal danger, aboutit à la captivité du roi. Libéré, il passera quatre années à rétablir l'ordre chez les Francs, à reconstituer la défense et à leur ménager d'utiles alliances.

    En 1248, Raymond VII meurt sans enfant mâle et tous ses biens passent à sa fille, mariée à Alphonse de Poitiers, frère de Louis IX.

    C'est ainsi, que le Languedoc sera réuni à la couronne de France.


haut de la page cartes bas de la page 1255
Printemps
  • Reddition de Quéribus

    Après la chute de Montségur, la résistance cathare continue dans le Fenouillèdes, s'appuyant sur l'aérienne citadelle de Quéribus et sur quelques autres châteaux des Corbières : plus en retrait, les grandes places de Puilaurens et de Fenouillet épaulent la forteresse principale. L'ensemble constitue un groupement défensif des plus formidables à cette époque.

    Saint Louis ne néglige aucun effort pour s'en emparer. Il est vraisemblable que des motifs d'ordre politique et stratégique ont primé les raisons d'ordre spirituel.

    Quant aux derniers Cathares réfugiés dans ces places, on ne sait ce qu'ils sont devenus. Il est probable qu'ils ont eu la possibilité de s'enfuir avant l'arrivée des troupes royales.

    Avec la chute de Quéribus, l'Eglise termine pratiquement l'anéantissement d'une hérésie dangereuse pour elle, et l'unité française franchit une importante étape.


haut de la page cartes bas de la page 1258
    11 Mai
    • Traité de Corbeil

      Le traité de Corbeil, conclu entre Saint Louis et Jaime Ier, sanctionne l'état de fait imposé par la France avec la prise de possession des forteresses du Fenouillèdes.

      Les églises cathares du Languedoc ont probablement subsisté quelque temps, après la chute de leurs derniers points d'appui. Peut-être un petit nombre de bons hommes ont trouvé asile dans certains lieux fortifiés, le château d'Usson ou les spulgas du Sabarthès, par exemple. Mais il s'agit de cas isolés et de plus en plus rares.

      Beaucoup se retireront dans les lieux déserts, grottes, forêts, haute montagne. D'autres se cacheront chez des amis dévoués, ou s'enfuirent en Italie.

      La plupart mourront peu à peu de misère et de privations, ou tomberont dans les griffes de l'Inquisition ...


haut de la page cartes bas de la page 1271
  • Annexion du comté de Toulouse
    A la mort d'Alphonse de Poitiers et de Jeanne de Toulouse, dernière représentante de la lignée des comtes de Toulouse, le comté est incorporé au domaine royal (Octobre 1271).


haut de la page cartes bas de la page 1278
  • 200 patarins brûlés à Sermione

  • 200 cathares brûlés à Vérone


haut de la page cartes bas de la page 1321


haut de la page cartes bas de la page 1328
  • Emmurement de 510 cathares dans la grotte de Lombrives
    par Jacques Fournier, inquisiteur.
    La grotte de Lombrives était le siège d'Amiel Aicard.


Drapeau de Toulouse
chronologie@cathares.org


 
  cathares.org, voyage virtuel en Terres Cathares
IDDN Certification
IDDN
cathares.org ®, voyage virtuel en Terres Cathares

 
Responsable de la publication : Philippe Contal, pcontal{at}cathares.org | Éditeur : Histophile®
Vente sur Internet : samouraï et katana, templier et épée, Occitanie et cathare, dragon et légende celtique, Antiquité égyptienne et gréco-romaine, Franc-Maçonnerie...
Partenaires cathares.org® : Club cathares.org® |  Khetemet  | Château de Peyrepertuse | Hypocras® | Hypocras.fr | metalis.fr